Adolescence, (associabilité) et Smashing Pumpkins...

Publié le par Zoldickun

Parfois j'ai l'impression de redevenir un adolescent ou du moins de redevenir en partie comme j'étais quand j'étais adolescent.

Depuis quelques jours je me replie un peu sur moi-même, ai tendance à vouloir à nouveau me surprotéger. Bon, on est encore loin de mon associabilité totale adolescente. Je reste encore assez ouvert aux gens pour l'instant. Mais tout en me préservant...
En fait, je crois que je suis en train de développer une associabilité sélective, en ne m'ouvrant qu'aux gens susceptibles de m'aider professionnellement et en restant ouverts à mes (anciens) amis ou leurs connaissances. C'est le principal vous me direz... J'ai déjà des amis donc tant que je ne les envoie pas chier eux, ça va et l'important c'est que ça ne nuise pas à ma vie professionnelle mais ça ne sera pas le cas. Au contraire même... Je ne veux plus m'attacher aux gens que pour des relations professionnelles ou de camaraderie et je pense que ça peut être positif même si je passerai ptet à côté de belles rencontres.

Bref... recentrons un peu sur le titre de l'article (je l'ai modifié ensuite, mais faudra un jour que je comprenne pourquoi je choisi toujours mes titres au début de l'article, c'est un peu con)... Je me suis remis à écouter les Smashing Pumpkins, mais vraiment à outrance... Siamese Dream (1993) et Mellon Collie and the Infinite Sadness (1995) surtout. Adore (1998) un peu aussi.
Je me reconnais vraiment toujours autant dans les paroles, ça fait vraiment bizarre... C'est pour ça que j'aimais autant je crois. D'ailleurs, quand je croisais des gens qui me disaient adorer les Smashing Pumpkins je cherchais à chaque fois à savoir ce qu'ils pensaient des textes et ceux qui me disaient qu'ils ne s'intéressaient qu'à la musique bah... bref, chacun son truc, mais je trouvais ça dommage. Un peu comme les gens qui se disent fan de Jim Morrison car ils aiment la musique des Doors. C'est un peu bête je trouve...
Bon après j'aime beaucoup la musique aussi. D'ailleurs la musique colle superbement aux paroles en général. On ressent bien les changements d'émotions et tout le toutim. Là en réécoutant j'arrête pas de me dire que tout est super bien écrit, les arrangements, changement de rythmes, ... surtout dans Mellon Collie avec les instruments supplémentaires. Bref... fan !

C'est avec ça que j'ai grandi en plus. Émotionellement, sentimentalement, ce n'est pas forcément ce qui m'a fait devenir ce que je suis à ce niveau. Je pense que c'était déjà en moi, depuis la naissance, ou la petite enfance ou je-ne-sais-pas-en-fait... En revanche ça m'a aidé à l'extérioriser. C'est super rassurant quand on se sent à part de se reconnaître dans des textes écrits par quelqu'un d'autre. Bon en même temps, ces textes faisaient peur et ne risquaient pas de me pousser à l'optimisme mais bon... pas grave.
En tout cas c'est avec ça que j'ai formé mon esprit en partie, ma créativité aussi et beaucoup de choses.
C'est grace aux Smashing Pumpkins et à Nirvana que j'ai approfondi mes connaissances sur la langue anglaise quand j'étais au collège et au lycée. C'est avec ça que j'ai appris l'anglais (américain) je dirai même.... Bon, j'ai toujours eu un bon niveau, même en sixième, alors que je n'écoutais pas de musique mais suffit de voir la tête des cours d'anglais dispensés au colège pour savoir que ce n'est pas avec ça qu'on apprend à parler (ni même simplement comprendre) vraiment (l')anglais.

C'est avec ça que j'ai appris la guitare également. Kurt Cobain au départ, classique... des petites intros sympas, des riffs faciles à retenir, des accords très basiques... Mais ensuite surtout Billy Corgan. Je ne jouais quasiment que ça si on excepte mes compositions personnelles et c'est forcément ce qui m'a le plus influencé musicalement (au niveau créatif).
D'ailleurs, alors que ça faisait déjà quelques années que je n'écoutais plus que très rarement les Smashing Pumpkins, j'ai remarqué que ma dernière chanson est remplie d'accords dont Corgan était féru. Des accords assez rares que j'ai pris le réflexe de jouer à force de jouer ses chansons. Et forcément ça réapparait à un moment donné...
C'est un peu comme les textes que j'écrivais au lycée. Même désillusion, même mélancolie malsaine et... même romantisme latent. Quelque part, quand j'y repense, je me dis que c'était forcément un genre de copie inconsciente. C'est ça être influencé je crois...


Voilà ! Et en ce moment je n'écoute presque que ça. Ça me fait du bien, ça me fait du mal, c'est bon... Ça va faire combien de temps que je n'ai pas écouté quelque chose sans rapport avec les Smashing pendant plus de dix minutes ? Au moins une dizaine de jours... The Smashing Pumpkins et James Iha... Mais James Iha (guitariste des Smashing Pumpkins), même si son album solo, Let it come down (1998), est très différent de ce qu'écrit Corgan, bah... ça me marque tout autant. Je trouve ça marrant d'ailleurs que j'aime autant deux artistes si différents qui étaient associés dans un même groupe... Il y a bien les Beatles sinon mais c'est différent. J'admire énormément Georges Harrison et j'aime beaucoup les compositions de McCartney, mais ça reste très loin de ce que je peux ressentir pour John Lennon. Là, en l'occurence, je préfère quand même Billy Corgan je crois, ne serais-ce que parce j'ai découvert Iha en solo que beaucoup plus tard ou qu'il a écrit énormément plus de chansons mais bon... ces deux-trois derniers jours c'est vraiment Iha que j'écoute en boucle en fait. Onze chansons en boucle pendant des heures et des heures depuis trois jours. C'est ce qu'on appelle être accroc.
J'ai replongé vers l'album de Iha en écoutant Mellon Collie and the Infinite Sadness. Forcément... Je suis retombé sur Take me Down et Farewell and Goodnight et ça a suffit. Même pas besoin d'entendre Blew Away (sur Pisces Iscariot). N'empêche, j'arrive à réécouter toutes les chansons de Let it come down sans pleurer. Triste, énormément... mais sans pleurs, et c'est limite une tristesse joyeuse en fait. Un genre de nostalgie plus qu'autre chose disons. Et je ne repense quasiment pas à L.... en plus xD
James Iha c'est un genre de modèle pour moi. Pas l'artiste que je préfère : Il n'a ni le talent, ni le charisme de Corgan, de Morrison, de Lennon, de Cobain, de Reed, de Young, de Cave ou peu importe qui d'autres mais justement peut-être. Il est spécial pour moi. Pas un artiste que j'admire au vrai sens du terme, mais un artiste auquel je m'identifie plus ou moins. Ce type, au demeurant très timide et discret, il a été dans l'ombre de Corgan quasiment tout le temps, en n'ayant beaucoup d'idées mais pas vraiment l'occasion de s'exprimer. Et il a sorti un album solo. Un seul ! Avant de continuer avec les Smashing Pumpkins, puis A Perfect Circle, et d'autres formations plus anonymes. Un seul album, mais un album magnifique, que je commenterai ptet un peu et que je vous conseille de découvrir si vous ne connaissez pas.
Moi, c'est ça que j'aimerais faire. Même si j'avais davantage de talent, je ne me vois pas rock star, ni même rockeur qui galère. Mais juste un album, un album pas trop mauvais et qui lairait à des gens. Ça ça me plairait ! Écrire une vingtaine de titres correct en quinze ans...

Pour ça va falloir que je continue à grandir. C'est fini l'adolescence...


N.B. : Si vous jettez un œil à la liste des paroles de chansons disponibles sur zoldi.org, vous trouverez des textes des Smashing Pumpkins, de Corgan en solo et James Iha en solo. Quelque chose me dit que j'en remettrai très prochainement en fait...


P.S. : Vous saviez que les Smashing Pumpkins s'étaient officiellement reformés ? Non ? Bah maintenant si, du moins Corgan avec Chamberlain et il y a peu de chances que Iha les rejoigne. Il y a peu de chance également pour que James Iha ressorte un jour un album solo. Mais bon... C'est ptet tout aussi bien comme ça.

Publié dans Ma vie trépidante...

Commenter cet article