Lettre de motivation pour l'Inalco !

Publié le par Zoldickun

Petit article rapide en direct de chez mes parents...
Quand j'ai eu mes soucis de PC, j'avais sauvegardé mon brouillon pour ma lettre de motivation dans mon admin OB et je viens de retomber dessus.
La date limite d'envoie des dossiers était fixée au 14/09/06 et les réponses étaient prévues à partir du 18/09/06 et donc je vais mettre cette version de la lettre ici même si je l'avais (très) légèrement remaniée par la suite au moment de la recopier (toujours écrire les lettres de motivation à la main).



Monsieur ***,


Intéressé par les cultures étrangères depuis mon plus jeune âge, j'ai eu un profond coup de cœur pour le Japon il y a quelques années. J'essaie depuis lors de m'intéresser à l'histoire du pays, apprendre sa géographie, découvrir ses mœurs et coutumes et en tant que passionné du langage, j'ai évidemment commencé par apprendre le japonais de façon autodidacte.
Par des livres, grâce à des sites (anglophones principalement) Internet et avec l'aide de connaissances virtuelles : À la fois des français vivant au Japon et de "vrais" correspondants japonais (avec qui je communique encore beaucoup en anglais mais en japonais également).
Malgré la difficulté que peut représenter l'apprentissage d'une langue étrangère de cette manière, surtout lorsque l'on ne dispose pas d'énormément de temps, je commence à plutôt bien me débrouiller : connaissance parfaite des hiragana et katakana ainsi qu'une soixantaine de kanji (les 30-40 premiers de la Gakunenbetsu kanji haitôhyô ainsi qu'une vingtaine d'autres), grammaire de base (ordre des mots, particules, principes de conjugaison basiques), et pas mal de lexique pour aggrémenter le tout.

Mon but, en voulant entrer en première année de DULCO Japonais à l'Inalco, c'est d'une part de pouvoir valider par des diplômes les connaissances que j'ai pu acquérir jusqu'à présent, mais surtout de pouvoir bénéficier des cours d'enseignants qualifiés et avoir une structure d'encadrement pour faciliter mon apprentissage. J'aimerais vraiment me réorienter en ce sens de façon très sérieuse ; que le japonais ne soit plus pour moi seulement un hobbie mais également ce qui me permettra peut-être de m'épanouir professionnellement. Et vu tout le temps que j'ai passé à tenter de progresser, seul, avec les faibles moyens à ma disposition, je suis certain que cette envie d'apprentissage du monde japonais n'était pas une simple lubie momentanée.

À côté de cela, je compte reprendre mes études de Mathématiques que j'avais dû arrêter pour raisons pécunières. Ça me permettra de garder une certaine sécurité si plus tard j'ai du mal à trouver un emploi en rapport avec les études de japonais. J'aime également l'idée de mêler des études scientifiques et littéraires en parallèle ce que je trouve très enrichissant intellectuellement. Je tiens cependant bien à préciser que ma priorité ira envers le japonais. L'envie de reprendre le reste de mes études là où je les avais laissées vient surtout du fait que je n'aime pas garder une sensation d'inachevé et que ça peut toujours être utile pour la suite, soit pour devenir enseignant de Mathématiques au Japon, sait-on jamais, soit pour poursuivre plus facilement dans le commerce international. Car je n'ai pas encore décidé totalement ce que je compte faire plus tard (travailler dans une ambassade, travailler au Japon pour l'UE comme l'une de mes connaissances françaises au Japon, devenir interprête, enseignant, ou encore être en relation avec le monde du commerce) si tout se passe au mieux et que je veux pouvoir avoir le plus possible de cartes en mains. Je ne pense pas que ce sera un problème de cummulé les deux, surtout la première année. Je suis assez confiant en mes bases en Japonais, même si  tout reprendre à zéro de façon structurée ne peut-être que profitable et que je ne négligerai rien, et la validation de ma licence de Mathématiques devrait logiquement plus être une formalité qu'autre chose.

Pour finir, j'effectue également divers emplois à côté de tout ça pour financer mes études. On dit parfois que les étudiants obligés de travailler pour se nourrir et se loger trouvent là-dedans une motivation supplémentaire et que du coup ils réussissent souvent mieux que des élèves qui ont plus de temps libres. J'aimerais énormément que l'on me laisse la possibilité de montrer que j'en suis capable.

Maintenant que tout est rentré dans l'ordre dans ma vie et que je sais ce que je veux, ce serait dommage que je sois coupé dans mon élan et c'est pourquoi j'espère fortement pouvoir rejoindre les élèves de votre institut dès l'an prochain.



Voilà... J'ai un peu menti pour la partie mathématiques mais bon... c'est pas le plus important et ça fait parti du "jeu" que d'embellir légèrement la réalité. Je vous tiendrai au courant des résultats dès que possible. Je crois que ma rentrée universitaire est prévue cette semaine pour les Maths sinon. Va falloir que je surveille de près !

Publié dans Ma vie trépidante...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article