Les furigana : Qu'est-ce que c'est ?

Publié le par Zoldickun

J'en ai un peu marre de faire des articles sur l'apprentissage des kanji et il faudrait d'ailleurs que je modifie le dernier pour rajouter des compléments (en attendant la suite qui tarde aussi) mais j'ai la flemme. Toutefois, j'avais quand même envie d'écrire un article japonisant sans forcément me lancer dans un truc très important (et long à rédiger). Du coup, comme j'ai parlé de cela à quelqu'un dernièrement, le thème de l'article sera la définition des furigana (振り仮名). Ce qu'ils sont et à quoi ils servent plus précisément.
Ce n'est pas vraiment un cours (si j'avais parlé des okurigana [送り仮名] ça l'aurait déjà été un peu plus car au moins on aurait parlé de grammaire mais ça viendra plus tard), plutôt du vocabulaire disons, mais ça peut être utile à savoir (et au moins ça pourra intéresser ceux qui sont confrontés à la langue japonaise sans forcément avoir le temps de se plonger vraiment dedans : un petit point culturel en somme).

Vous vous rappelez que je vous avais dit qu'il était très malvenu (et peu compréhensible) de n'écrire qu'en kana (hiragana et katakana) ? Il faut donc bien considérer que quand on écrit en japonais on est sensé utiliser les kanji là où il doit y en avoir. C'est comme ça dans les livres en tout cas. Mais parfois, on peut (même en étant Japonais, relisez l'article sur les kanji pour savoir tout ça) ne pas connaître tous les kanji d'un texte. Les auteurs ont forcément  conscience de ça et dans les magasines par exemple (ou les manga aussi très fréquemment) il est fréquent de voir des kana servant à rappeler la prononciation du kanji. Voilà... les furigana, ce sont ces caractères-là justement.
En yokogaki (écriture horizontale) on les trouve au dessus des kanji, et en tategaki (écriture verticale) on les trouve à droite des kanji. Généralement, on les écrit en hiragana, même pour la lecture On et la distinction hiragana/katakana pour distinguer les lectures On et Kun ne se fait normalement que dans les dictionnaires.

Les furigana servant à indiquer la prononciation des kanji qui ne sont pas forcément connus du lecteur, on les trouvera très souvent dans les publications à destination des enfants. Pour les lectures "adultes" on ne trouvera des furigana que pour les kanji non présents dans la liste des jōyō kanji.
On les trouvera également dans les annuaires car la lecture des noms propres est disons "spéciale" parfois, mais je ne veux pas trop rentrer dans les détails pour ça, je n'ai jamais ne serait-ce que précisé ce qu'était le Nanori après tout :p


Je crois que c'est déjà pas mal à savoir, je voulais faire court en plus. Si vous avez des questions, n'hésitez pas !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article