Reconstruction (encore et encore...)

Publié le par Zoldickun

Il parait que je suis bizarre ces derniers temps et puis il y a même quelqu'un de très proche qui m'a dit que j'étais un dépressif latent... Bref... je ne sais pas exactement ce que c'est qu'être dépressif mais je ne pense pas vraiment l'être. J'ai juste un cerveau bizarre :p Du coup je me pose tout le temps tout plein de questions et parfois ça engendre une certaine maussadité. D'ailleurs c'est un état que j'aimerais peut-être garder au moins le temps d'explorer ma créativité et je sais que je ne vais pas rester ainsi. Je ne suis ni heureux ni malheureux. Je navigue entre les deux... Comme tout le monde, non ? Je dirais qu'actuellement je suis globalement malheureux avec des moments positifs. Il m'en faut pas forcément beaucoup pour sourire d'ailleurs... Quand je discute avec certaines personnes je me sens bien et puis basta. Et quand je dis "certaines personnes" ce ne sont pas forcément des proches. Çapeut-être des inconnus qui me font penserà autre chose. J'aime découvrir les gens d'ailleurs, ça fait parti de ma paradoxalité (les gens me connaissant un minimum me comprendront je pense). D'ailleurs je ne parle plus beaucoup à des gens proches ces derniers temps. Même ma mère je lui parle moins qu'avant (pourtant je me sens bien quand je lui parle et pareil avec d'autres gens mais bon... enfin ça ne s'explique pas). C'est comme si je me plaignais intérieurement que certaines personnes "m'esquivent" et que je faisais de même avec ceux qui ne le font pas...

Enfin ça... ça ne fait que confirmer à nouveau ma complexité. Parce qu'autant je ne pense pas être dépressif, autant je considère que je suis extrêment complexe. D'ailleurs c'est comme pour beaucoup de choses en moi, ça ne me déplait pas. Je ne dirais pas non plus que ça me plait, ça dépend des fois. Ça peut m'arriver de cultiver ma complexité. Parfois j'en rajoute exprès pour me faire sourire intérieurement. C'est marrant d'ailleurs comment peuvent me percevoir les gens. À tous les coups il y a certaines personnes qui me pensent vraiment plus taré que je ne le suis vraiment et il y a d'autres personnes qui me pensent beaucoup moins taré que je ne le suis vraiment. En tout cas j'aime jouer de ça parfois. Ça m'arrive rarement mais si ça me prend vraiment à vouloir jouer tout seul alors il y a à tout casser 4 ou 5 personnes qui pourront s'en rendre compte. (C'est peut-être vrai que j'ai un côté "autiste" tiens...)
Ça me fait penser au titre de mon blog ça (enfin le ça fait référence à deux lignes plus haut, pas à l'autisme)... Le Journal d'un Fou réfléchi... Je ne me rappelle plus comment on en est arrivé à ce titre avec mon frère. Ça s'est fait très rapidement en plus... Tout ce que je sais c'est que ça vient de lui. C'est assez bizarre d'ailleurs car ça globalise pas mal de choses je crois et je pense que c'est l'une des meilleures associations de mot présente en cet endroit. Pourtant mon frère n'est vraiment pas un littéraire à priori... C'est vraiment un scientifique pur et dur. Enfin bref... rien à voir avec le titre tout ça (un jour j'arrêterai peut-être de choisir mes titres avant même d'écrire les premiers mots de l'article).

En fait j'étais vraiment parti pour parler du fait que je suis bizarre depuis quelques temps. Enfin depuis assez longtemps en fait. Enfin (je crois que j'ai atteint la limite des enfin à utiliser dans un article là...) quand j'écris ça ça parait évident. Je suis bizarre depuis ma naissance après tout xD mais on peut placer tout ce qu'on veut derrière cette étiquette... Donc, comment dire... disons que depuis quelque temps je ne suis plus comme avant... Depuis fin 2006 je dirais globalement mais avec des pics plus ou moins importants et depuis quelques semaines je le suis de plus en plus et je me sens assez mal d'ailleurs. Bon ça commence à me saouler ce truc... Je ne veux pas écrire pour me plaindre ou je ne sais quoi, je veux écrire pour faire des constatations. Je vais l'abandonner cet article je crois...


Nous disions donc que j'étais différent ces derniers temps et que ça pouvait paraître inquiétant. Je ne sais pas si ça l'est vraiment. C'est ça que je voulais dire... Je voulais me montrer rassurant dans cet article au départ xD. Je sais ce que j'ai à faire dans ma vie et faut que je me batte pour mettre tout ça en place. J'ai perdu ma force principale je crois mais si je le digère bien j'y gagnerai du temps. Et je dois utiliser ça comme une sorte de motivation même si le déclic a eu lieu et que si cette force revenait je "l'utiliserai" autrement.

Vous savez que là je crois que je ne comprends même pas totalement ce que j'écris. Il y a des "délices" de second, troisième ou cinquième degré de lecture là-dedans qui se mêle à mon flot (je parle comme un rappeur :p) sans que je m'en rende compte. De toute façon je continue, comme à mon habitude, sans brouillon. Après on cliquera sur publier, on reliera pour corriger les fautes d'orthographe (de frappe surtout) et on laissera tel quel au niveau des idées.

Humm... n'empêche que là j'écris dans le vide. Pourquoi même quand je veux écrire des choses banales ça reste en moi ? J'ai peur de quoi ? Va falloir que je m'auto-analyse moi je crois... C'est pas bon de tout retenir en plus...





      Jolie fleur, n'est-ce pas ?




Des fois je me dis que je suis en reconstruction permanente. C'est peut-être cela se construire, vous ne pensez pas ? En fait je parle de reconstruction là ou des re sont sans doute superflus. C'est pas évident de se construire en plus... (Je vais en vneir à écrire des trucs du style "c'est pas facile la vie", ya vraiment un truc qui cloche dans mon écriture depuis quelques temps...) Et pourquoi alors que je sais que je dois me concentrer sur mon avenir professionnel je fais forcément passer le reste avant inconsciemment.
Ça me fait penser à quand j'avais dit que ce serait bien que je reste célibataire quelque temps. J'ai été célibataire quasiment toute ma vie et pourtant j'ai l'impression que je ne sais plus le faire. J'entends par là que dès que je suis célibataire c'est comme si je faisais tout pour ne plus l'être, comme si je me refusais à ça. Enfin bon, pas envie de parler de ça pour l'instant mais faudra que je creuse ça.

Je crois que je sais ce que je veux pour plus tard. J'en suis quasiment persuadé. Je ne sais pas si je serai capable de l'avoir mais je suis sûr à 95% que c'est ce que je souhaite. Que c'est ce qu'il me faut même...
Mais pourquoi ne fais-je pas tout pour que ça se produise ?

Je vais encore essayer de le faire. Je crois de moins en moins que ça se produira mais essayer de l'atteindre ne pourra pas me faire plus de mal. Normalement on peut trouver du positif en tout. Là il y en aura si je ne me laisse pas trop griser par le tout !

Ceci fut "dit", ceci restera "encré" (avec un e c'est fait exprès). Ceci est une partie de moi. Pas la meilleure, mais une partie de moi... Je n'arrive plus à m'exprimer à mon meilleur de toute façon. Je me sens vide parfois... C'est quand même le comble pour un prétentieux se croyant plus fort que tout le monde :p La véritable nature a ses attraits que les masques ne camouflent que précairement.
Huhu... content de finir là-dessus. Je crois que j'ai écrit dans le vide tout ce temps pour en arriver à un truc aussi nul. Et il n'y a pas de raison de fustiger la nullité car dans la créativité il n'y a pas de règles. Alors... La véritable nature a ses attraits que les masques ne camouflent que précairement. T'es arrivé(e) à lire jusque là ? Chapeau... soit tu  as un problème quelque part, soit tu t'ennuies, soit je te fascine, soit tu m'aprécies... Ou alors tu as triché et tu as commencé par la fin (ou sauter des lignes ?). Bref... La véritable nature a ses attraits que les masques ne camouflent que précairement.

Musique : Indochine - Marilyn (je crois que c'est le seul article où je préciserai ce que j'écoute ^^ En tout cas c'est le premier en 1775 articles, donc en pourcentage c'est faible)

Euh...
La véritable nature a ses attraits que les masques ne camouflent que précairement.

Publié dans Ma vie trépidante...

Commenter cet article

Lacirone 22/02/2007 14:21

Salut toi ^^J'aime bien comment t'écris, je m'y retrouve un chouilla ça fait bizarre ^^kisu

Zoldickun 23/02/2007 08:27

Ouais ça doit faire bizarre effectivement :) Et je sais pas si c'est une très bonne chose xDKisu toi !

Pastelle 21/02/2007 12:35

kikou zoldi! oui, avancer sans réfléchir n'est pas une bonne solution non plus, n'allons pas dans l'extrême. Mais de temps en temps, cesser de se torturer l'esprit est tout à fait possible, si si, je te jure! lol Je te parle en connaissance de cause...Mais après, c'est chacun qui en fait l'expérience. N'oublions pas que nous sommes toius unique et que nous aordons la vie de différentes manières.D'ailleurs aujourd'hui, je vais aborder la mienne d'une façon particulière: la sieste et rien que la sieste! :DRôôô, j'ai bien le droit de me reposer quand même! lol*Bisous doux! ;)

Zoldickun 21/02/2007 21:00

Kikou :)Moi j'ai du mal à ne pas penser si mon cerveau s'agite. Ou faut vraiment que je trouve quelque chose sur quoi me concentrer ou alors un truc qui me détend. Discuter avec des gens peut-être un moyen mais ça dépend... Tout revient toujours m'agiter les neurones :/Bonne sieste !

Pastelle 20/02/2007 17:10

kikou zoldi.... lol pas facile de te suivre dans cet article, car finalement, tu te parles à toi m^me....Il y a une chose que j'ai remarqué par contre, tu dis souvent à la fin de tes articles que ce que tu as écris est nul....... ouffrirais tu d'un manque de confiance en toi finalement.... Ben oui, sinon, tu ne dirais pas ces choses ou bien alors, tu ne serais pas sans cesse à te poser des questions, à te remettre en question....C'est peut être d'ailleurs pour ça que tu es si complexe! lol C'est toi qui l'a dit! ;)Bisous doux et arrête de te torturer l'esprit! Tu verras qu'après, tu te sentiras plus léger.... lol

Zoldickun 20/02/2007 18:14

Kikoo Pastelle (fais attention tu oublies un l dans l'adresse de ton blog ^^) !Tu trouves que je me parle à moi-même ? Va falloir que je me relise ce soir pour voir ça de plus près. Je n'ai pas cherché (consciemment du moins) cela en tout cas. Enfin ça ne change pas grand chose mais c'est étrange ^^Concernant ce que je peux dire sur mes articles, je ne sais pas... Celui-là on ne peut pas dire qu'il soit génial en tout cas et puis de façon générale quand j'écris mais que je n'arrive pas à vraiment exprimer ce pourquoi je voulais écrire bah je considère que l'article est mauvais. Peut-être que du coup ça arrive parfois qu'ils soient quand même bons mais du moment que je n'ai pas réussi à faire ce que je voulais bah ça ne me convient pas. C'est assez logique et ça ne déonte pas d'un manque de confiance. Et puis il y a des articles pour lesquels je suis plutôt content. Mes derniers articles sur l'Euroleague (basket) je les aime bien par exemple même si je sais qu'ils ne sont pas lus (mais ça c'est un autre sujet).Et les textes que j'ai copié-collé dans les coulisses, par exemple je les apprécie aussi je pense. Les gens parfois ne comprennent pas que je puisse laisser en ligne un texte que je n'aime pas. Ça s'explique par de nombreuses raisons : le fait qe je les vois alors comme des brouillons, le fait que ça peut ptet apporter des choses à des gens et le fait que leur rédaction m'est utile par exemple (et la rédaction sans publication ça me laisse vraiment un goût d'inachevé). Donc oui je publie parfois des articles que je n'aime vraiment pas. Cependant je ne suis pas sadique au point de m'amuser à recopier des articles que je n'aime pas un peu partout. Donc tout ceux des coulisses je les aime bien (à différentes échelles) déjà. La plupart de mes articles de basket, de musique (j'y inclue chansons et discographie), de japonais (surtout les kanji) ou de "culture", je les aime bien aussi. Même ceux sur les manga ou les critiques de bouquins (faudrait que j'en refasse...) en grande partie ^^ Bref... je n'en suis pas au point de considérer que tout ce que je fais est nul et que je suis bon à rien quand même :pToujours est-il que tu n'as pas totalement tort dans ton analyse xD Mais je ne sais pas si c'est lié à ma complexité. Pas dans ce sens en tout cas... Ce serait plutôt la complexité qui serait à l'origine et qui engendrerait le reste. Enfin il me semble.Alors arrêter de me torturer l'esprit ce serait peut-être pas plus mal mais ça ne fonctionne pas ainsi malheureusement. Ce n'est pas quelque chose que je peux vraiment contrôler. Pas tout seul... pas sans stabilisateur...Ça me fait penser à quand quelqu'un que j'ai toujours cru avoir le même genre de cerveau que moi m'a dit "j'ai décidé de ne plus trop réfléchir, d'avancer sans me poser de question" (pas sûr de l'exactitude des propos). Ça m'a fait bizarre, car je lui souhaite d'arriver à faire ça, à mettre toutes les questions pseudo-existencielles de côté. Mais bon... je ne sais vraiment pas si ça peut se contrôler juste en claquant des doigts. Pas chez moi en tout cas...Merci pour ton commentaire en tout cas et bisous à toi aussi. Passe une bonne soirée !