Concert du 04/05/07 à la Flèche d'Or : The Romance, Les Breastfeeders, The Lurios, The Michelles & Barr !

Publié le par Zoldickun

J'avais donc annoncé que je vous raconterai le concert auquel j'ai assisté Vendredi 4 Mai. C'est une bonne façon de (faire)découvrir de nouveaux groupes (pratique les myspace à ce sujet) et je risque de refaire des articles de ce type très souvent puisque je vais me rendre de plus en plus à des petits concerts comme ça.

C'était la première fois (comment est-ce possible ?) que je me rendais à la Flèche d'Or qui est un lieu plutôt sympa et dans lequel on peut assister tous les soirs à des concerts gratuits (je vais passer beaucoup de temps là-bas je crois).
Vendredi nous (Marilyne et moi) y sommes allés  surtout pour repérer l'endroit puisque l'on devait s'y rendre très prochainement pour voir Pony Pony Run Run (et Ed-Äke) [cf. ici] et comme on n'avait rien d'autre de prévu pour occuper notre Vendredi soir j'avais trouvé l'idée fort plaisante. En fait il y avait cinq groupes qui devaient jouer de 19h30 à Minuit et en allant explorer leur myspace ça me paraissait intéressant à découvrir même si je n'avais pas forcément flashé non plus (à part sur The Lurios).
Nous ne sommes pas arrivés dès le début car il fallait mangé un peu quand même avant et puis il fallait ce motiver pour affronter les pluies parisiennes torrentielles.


Nous arrivâmes finalement vers 21h15 je crois. En entrant dans la salle j'ai entendu quelqu'un dire des conneries en français sur scène. Il s'agissait forcément d'un des membres des Breastfeeders, puisqu'il s'agissait du seul groupe francophone qui devait jouer ce soir-là, et effectivement l'accent du chanteur du groupe canadien était fort reconnaissable.

Cela voulait dire que nous avions raté le premier groupe de la soirée, The Romance, chose pas très surprenante en arrivant avec presque deux heures de retard par rapport à l'heure annoncée pour le début du concert. C'est un peu dommage car j'avais trouvé la chanson Curse Our Love (en écoute sur leur myspace) plutôt intéressante et j'aurais bien aimé voir ce que donnait le groupe sur scène. Mais bon, on ne peut pas tout voir de toute façon...

Ensuite c'était donc Les Breastfeeders (leur myspace ici). Ils étaient vraiment sympas à voir les six Montréalais. Très énergiques sur scène, ils n'arrêtaient pas de faire les cons sur scène. Mentions spéciales à ce niveau au chanteur totalement déluré (Luc Brien) qui racontait des conneries entre chaque chanson et à l'homme-tambourin (Johnny Maldoror) qui dansait et sautait torse-nu dans tous les sens avec son tambourin.
On a raté le début donc, mais le concert avait dû commencer en retard car on a quand même dû entendre quatre ou cinq de leurs titres. Musicalement ce n'était pas forcément sensationnel mais c'était vraiment bon à écouter et j'aimais bien le mélange entre les parties chantées par Luc et celles de Suzie McLelove. En tout cas pour moi c'était typiquement le groupe qu'il faut aller voir sur scène d'autant plus que pour leur premier passage dans la capitale française ils avaient vraiment l'air de se faire plaisir et c'est quand même quelque chose de très appréciable pour le public.

Petit entracte (rideau tiré) ensuite le temps que Les Breastfeeders rangent et que The Lurios installent leur matériel. Premier constat une fois que le rideau dévoile le groupe : "Ils ont vraiment l'air très jeunes". Et pourtant... si vous avez lu l'article que j'ai publié hier sur l'une de leur chanson (Pistols at Dawn), vous savez déjà tout le bien que je pense d'eux. En fait, on peut peut-être se poser des questions quand on les voit débarquer sur scène, mais dès qu'ils entament leur show tout s'envole et on ne peut qu'être très enthousiastes à l'écoute de leur compositions.
Je ne sais pas à combien de titres on a eu droit. Sept ? Huit ? Mais aucun ne m'a déçu et j'aurais pu les écouter pendant encore beaucoup plus longtemps.
Pour vous faire une idée de ce dont ils sont capables vous pouvez, en plus de Pistols at Dawn, allez sur leur myspace pour découvrir trois autre chansons dans la radio située en haut à droite et encore cinq autres un peu plus bas (au dessus "Ses amis"). Je tiens en plus à préciser que sur scène ça rendait vraiment bien mieux que ce qu'on peut écouter sur leur myspace.
Bien que très jeunes ils récitent vraiment leurs partitions à la perfection comme s'ils faisaient ça depuis plus de quinze ans et franchement même s'il n'y a rien de forcément très innovant dans leurs créations je trouve leurs chansons plutôt bien écrites, notamment les parties de guitare pour lesquelles les parties rythmiques et le reste (les solos ou le "titillage des aiguës") s'accordent à la perfection entre Mark Evans et Andy Parmley. Il en va de même de leur répartition dans le chant. Je ne saurais pas dire lequel chante le mieux et peu importe car les entendre à tour de rôle est vraiment très agréable. Et j'ai également fortement apprécié le fait que les deux autres membres soient présents sur les backing vocals. Pendant certains refrains on pouvait ainsi entendre par séquence quatre voix à la fois et ça colle vraiment très bien avec leur style.
En exergue à tout ça, la dernière chanson, Where we used to play, pour laquelle ils ont fait monter environ sept personnes (ils étaient semble-t-il venus accompagnés de certains amis ou membres de leur famille) sur scène pour les accompagner. Rafraîchissant et je crois qu'on en entendra reparler dans les années à venir.

Ce sont The Michelles (leur myspace) qui prirent le relais sur scène. Encore des Anglais (enfin le groupe est anglais mais les membres sont Américains, Allemands, Suédois et Britanniques ; on dirait Placebo :p). Encore des jeunes lycéens ou étudiants ! Le chanteur, Timothy, a l'air assez fantasque et il nous aura presque tout fait. Entre l'arrivée sur scène (enfin le lever de rideau) en slip, les blagues constantes dès qu'il prenait la parole, les allusions à la politique française, ses jeux avec le public, la photo qu'il a brûlée sur scène en l'attachant au pied du micro, laissant des marques de combustion sur celui-ci, les chansons romantiques qu'il dédicace à deux ou trois femmes de sa vie (en général c'est mieux quand c'est à une seule, non ? là ça fait un peu recyclage ^^), ... Pas mal d'interactivité avec le public en tout cas, et il quittera même la scène pour venir jouer de la guitare au milieu du public.
Mais parlons un peu musique quand même, non ? Alors pour être franc, quand je m'étais rendu sur leur myspace avant d'aller au concert pour voir à quoi ça ressemblait je n'avais pas été super emballé. Bon ok il y avait la chanson Sober Rain qui ne me laissait vraiment pas indifférent avec la petite touche ska (depuis le temps que je veux retourner à un concert de ska en plus, je me rattache à ce que je peux) mais je voyais vraiment ça comme une exception car ni California Day, ni Springtime, ni la démo de The Animals, ne m'emballait plus que ça. Pas mauvais mais pas non plus enthousiasmant à mon sens.
Et du coup j'ai été très agréablement surpris de leur prestation, d'une part car les chansons écoutables sur leur myspace rendent bien mieux (même Sober Rain) en live et parce qu'ils ont d'autres chansons très agréables à écouter. Encore un groupe à suivre je pense...
En tout cas eux et The Lurios ça vallait vraiment la peine d'aller les découvrir et j'ai été très bluffé par ce qu'ils font à leur âge.
Je n'ai pas l'habitude de voir des groupes français aussi doués au même âge (bon en même temps je ne connais pas leur âge exact et ça se trouve ils ont déjà 25 ans allez savoir... je n'ai pas réussi à trouver d'informations là-dessus sur le net).
Bref... l'important de toute façon pour moi c'est que j'ai passé un bon moment à les écouter, peu importe leur âge, bien sûr, mais je précise ça car vous vous ne les avez sans doute jamais vu et que peut-être un jour vous en entendrez parler alors que leur carrière aura pris une ampleur plus impressionnante mais finalement assez prévisible vu ce que j'en dis :p

Trêve de blablas inutiles car il est temps de présenter Barr. Un OVNI ! Un vrai ovni... Bon, pas étonnant que leur show ait été programmé en dernier, juste avant les sets electro de la soirée Clito Rise, car c'est le genre de trucs assez space et qui ne plait pas à tout le monde. D'ailleurs ça a un peu saoulé ma charmante accompagnatrice et du coup nous ne sommes pas restés jusqu'à la fin. C'est mon côté gentleman, je n'ai pas insisté. Bon en même temps j'avais vu tout ce que j'avais à voir sur eux car on est quand même resté le temps de quatre très longues chansons. Vraiment spéciale en tout cas cette prestation de Brendan Fowler. Je n'avais encore jamais vu ça en vrai... et j'étais sous le charme en fait. Très impressionné !
Quand ma "cavalière", qui se demandait ce que je lui/leur trouvais, bien qu'elle considère parfois que de toute façon j'aime bien tout (ce qui est évidemment faux, je suis très éclectique mais parfois très difficile), m'a interrogé sur le sujet, j'ai répondu un truc du genre "
ce n'est pas forcément le genre de musique que j'écouterai chez moi, mais là le voir sur scène ça me fascine".
Musicalement ça avait un côté un peu progressive rock avec une batterie et une basse très pressante (pas présente, pressante, ce n'est pas une faute de français ; il faut tout vous préciser xD) et des notes de synthétiseur qui venaient appuyer pile où il fallait pour rajouter une touche psychédélique fascinante. Et par dessus... la voix de
Brendan Fowler. Brendan Fowler est un poète déjanté moderne ! Un poète qui déclamait ses textes sans fin un peu à la manière d'un Jim Carroll. Un peu à la façon d'un Lou Reed sur certaines chansons très underground et on aurait très bien pu faire un parallèle avec les enregistrements de Jim Morrison ayant servis à An American Prayer (1978) pour les Doors. Et sur scène... il accompagnait ça de certains mouvements... ce n'est pas descriptible... Moi, j'avais du mal à le lâcher des yeux, comme envouté, avec un sourire aux lèvres. J'aime ce genre de choses. J'aime voir des prestations pareilles sur scène. En revanche j'avoue que ça peut-être dur à suivre si on ne comprend pas ses textes. Et il parlait vraiment très vite et comme c'était en anglais c'est vrai que pour un public français il manque une partie de la magie globale. En tout cas ça vaut le coup de voir ça au moins une fois dans sa vie !



Voilà ! J'aurais pu en parler davantage, détailler un peu plus la prestation de chaque groupe, mais tout ça demande du temps. Alors je m'arrête là en laissant ça comme ça et je vous donne rendez-vous très vite puisque je retourne à la Flèche d'Or ce week-end pour des retrouvailles très attendues avec Pony Pony Run Run et Ed-Äke et la découverte de Carabine et des Shadow Puppets. Un show un peu plus francophone ce coup-ci puisque trois des quatre groupes sont français (même si Ed-Äke et Pony Pony Run Run chantent, il est vrai, en anglais). Ça s'annonce bien en tout cas et je vous en livrerai un petit compte-rendu à coup sûr.

Publié dans Ma vie trépidante...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alexander Lensherr 11/05/2007 08:42

C\\\'est vrai que ma comparaison était en elle même large d\\\'esprit, et effectivement, je me suis trompés, je voulais parler du quatrième albums : \\\' tous des stars \\\', et j\\\'ai trouvés effectivement que y\\\'avais quelques nuances de rock progressif, m\\\'enfin, mon esprit à toujours trouver des liens la ou ils étaient infime, faut pas s\\\'inquièter.Moi, depuis hier j\\\'écoutes la suite de violoncelle de bach, c\\\'est une grande puissance qui s\\\'en degage dès le premier prélude, si tu ne connais pas, il y a toujours moyens que je t\\\'envoie, le prélude numéro 1.Sinon, c\\\'est vrai que pour les définitions de rock, ca peut aller loin, sachant que y\\\'en a qui considèrent  beaucoup de groupes de pop  comme des rockeurs, mais bon on y peut rien, c\\\'est d\\\'ailleurs pour ça que avant je triais mes albums selon cette façon :  Ceux que j\\\'aime bien / Ceux que j\\\'aime pas :pEt puis avec le temps, j\\\'ai fais pas mal de recherche, et j\\\'ai fais plusieurs dossier, avec des noms de styles que personnes ne connait, genre un artiste genre \\\' Amon Tobin \\\' qu\\\'on considère comme de l\\\'electro jazz en général, je l\\\'ai rangeai  dans un dossier qui se nomme :  " DrumnBass-Jungle-Dub-Big Beat-Breakbeat ", en résumés j\\\'ai tout trier, référencer et pour finir catalogués,  avec un system très complex que j\\\'ai réusis malgrés tout à élaborer, même si j\\\'ai pas encore fini.Niveau raggae-ragga,  j\\\'écoutes principalement en ce moment : Peter Tosh, Yaniss Odua, et ceatera.Yaniss Odua a fait une chanson vraiment superbe, des notes de pianos avec un peu de reberb au debut, et au bout de quelques secondes, une basse superbe viens alimenter le morceau, il y a moyen aussi que je te l\\\'envoie celle la, c\\\'est toujours bon de s\\\'ouvrir sur d\\\'autre horizon.Amicalement,Alexander Lensherr

Zoldickun 12/05/2007 21:50

Nan mais c'est pas si étonnant que ça comme comparaison même si pour moi on ressent surtout la touche électro plus que des influences "progressive".Pour Bach je vais essayer d'écouter. Je vais demander à ma spécialiste maison si elle a.Et pour le reggae Peter Tosh reste ma référence ultime.Yaniss Odua je ne connais pas trop, mais je vais t'envoyer un mail pour te passer mon adresse.

Lacirone 10/05/2007 21:15

Ca doit être vraiment un lieu sympas cette "Flêche d'Or" !! bizouilles ^^

Zoldickun 11/05/2007 02:56

Ouais, programmation sympa (qui me plait en tout cas) comme tu peux le constater au vu de ce que j'en dis et puis j'aime vraiment énormément le cadre. Très proche de chez moi en plus. Un genre de paradis musical :p

Alexander Lensherr 10/05/2007 17:22

Toujours sympa de découvrir de nouveaux groupes, parcontre The good charlotte, j'ai jamais réusis à accrocher. Je préfères un 'simple plan', ou du même genre.Sinon, moi aussi, c'est un de mes groupes préférés français dolly, les 3 albums était extra, et le troisième, avait pas mal de note electro que j'ai beaucoup aimés, ca m'a justement rappellés des groupes de rock progressif, du genre du Van Der Graaf Generator,  même si ca restes très différents.Si un jour ils ressortent un album sous un autre nom, même si c'est différents, ca peut être bien; vu que y'auras l'experrience de dolly, ca changera forcément, mais pas forcément en mal.Sinon, à part du rock t'écoutes quoi comme styles?Amicalement,Alexander Lensherr

Zoldickun 11/05/2007 02:55

Les gens qui n'ont pas lu tes autres commentaires ou mes autres articles vont avoir du mal à comprendre le rapport direct avec l'article. Peu importe :)Pour Good Charlotte ce n'est vraiment pas mon groupe préféré mais ils ont quand même fait pas mal de chansons intéressantes et leurs albums sont plutôt bons. Simple Plan c'est un peu différent et je préfère quand même Good Charlotte en ce qui me concerne.Content de voir que toi ausis tu apprécies Dolly. La comparaison avec Van Der Graaf Generator (j'aime beaucoup aussi ça, je suis très progressive rock de toute façon) est assez surprenante à priori mais c'est vrai qu'on peut y penser avec certaines de leurs chansons les plus récentes. J'en profite pour préciser qu'ils ont sortis quatre albums en fait. Je ne saispas si c'était un lapsus ou pas, mais si jamais il y en a un que tu ne connais pas, peu importe laquelle, je te le conseille forcément vivement.Pour les autres genres queje peux écouter, je crois que je vais carrément y consacrer un article tiens. Mais ça reste quand même principalement du rock que j'écoute. Après ça dépend la définition qu'on donne à rock. Certains considèrent que Coldplay n'est pas du rock, d'autres que le métal n'a rien à voir avec le rock. Moi j'ai tendance à ratisser large en y incluant  le ska, certains trucs reggae et puis la division avec la variété française (récente) est très vague. Mais dès que j'aurais cinq minutes dans le week-end j'essaierai d'écrire un article sur tout ça.