Présence ! (Présences ?)

Publié le par Zoldickun

Ça fait quelques temps que je vous dit qu'il faudrait que je publie certains de mes textes car les feuilles s'amoncellent en vrac un peu partout chez moi et que si je ne sauvegarde pas tout ça ici à temps je vais bientôt tout perdre, ce qui serait dommage même si la qualité des textes en question n'est pas forcément géniale. Je bloque un peu n'empêche depuis que j'ai publié le poème The Seine's Lover de ma Mimipuce qui est quand même d'un niveau tout autre que mes textes récents.

Mais bon peu importe... Voici un poème que j'ai écrit il y a quelques temps déjà et qui n'est plus forcément d'actualité désormais mais dont j'aime beaucoup l'idée de départ. Après ça part un peu en vrille et on sent que j'ai eu du mal à le finir, que ce n'est pas forcément très naturel mais bon... je ne le referai plus maintenant alors publions-le comme il est.
Le côté positif c'est que c'est un vrai sonnet avec vers en alexandrins équilibrés (enfin je crois).
Bref... pas génial, loin d'être mon meilleur d'ailleurs mais j'aime beaucoup les six premiers vers.




Présence ! (Présences ?)


Mieux qu'une floppée de bijoux, une présence
Pas forcément tout le temps mais de temps en temps
Et nous entraider pour atteindre ce firmament
Sans trop se préoccuper des petites absences

Savoir que tu peux compter sur elle, ma présence
Sans te demander ce qui arrivera au fil du temps
Et sans que tu ne regardes en arrière, en avant !
Moi tu sais que je l'apprécie aussi, ta présence

Même si je n'ai pas l'air de celui dont tu rêvais
Peut-être est-ce bien de moi dont tu as besoin, tu sais
Sans doute différent des autres, est-ce vraiment un mal ?

Peut-être pas des masses attirant physiquement
Mais le placeras-tu là ton bonheur justement
Réfléchis, comment le vois-tu donc ton idéal.


Nicolas D. Zoldickun,
Écrit je ne sais plus quand un jour de 2007.




Pour les autres textes on verra plus tard, en plus il y en a un qui datait de février et que j'aimais bien que je ne retrouve justement plus. Ça m'emmerde un peu mais tant pis...

Commenter cet article

elodie 09/06/2007 01:33

pour les pieds, c'est très simple, le "e" en fin de mot se prononce s'il est suivi d'une consonne, si le mot suivant commence par une voyelle, il est muet, enfin le "e"est systématiquement muet en fin de vers du coup! ne t'inquiètes pas, c'était pas un reproche de ma part, juste une remarque, je me demandais justement si tu le prononcais ou pas dans ta lecture ce "e" c'est pour ça que ça faisait des vers à 13 pieds  (des "treizins"?! lool)
sur ce que tu disais concernant le "poéte" je pense qu'on ne se considère jamais vraiment comme tel évidemment, même si on aime l'idée de faire de la poésie, pourtant je pense vraiment que si l'on vit la poésie, si on l'aime, qu'on la connait, qu'on en apprivoise les pièges, les détours, les exigeances, et à la fois qu'on arrive à se libérer de toute ses contraintes, en écrivant néanmoins toujours quelque chose de vraiment poétique, alors on est un poète...

Zoldickun 09/06/2007 04:05

Ok, je ne savais pas qu'il y avait des règles sur les lettres muettes en fait. Bon dans un sens je m'en fous un peu car je ne cherche pas à suivre des règles établies par je ne sais qui, mais c'est toujours bon pour la culture. En tout cas si je lis n'importe lequel de mes textes en alexandrins à haute voix, alors ils seront équilibrés à ma façon, ça c'est sûr ^^.Sinon pour le reste je suis d'accord mais bon... tu vois moi parfois j'écris des trucs qui justement suivent des règles (même si je me moque des règles xD, oui je suis un paradoxe) justement pour pouvoir me dire "ok, ce texte-là je peux le mettre dans ma rubrique Poésie" et c'est vraiment un genre de complexe que j'ai ça. Et le pire, c'est que de l'avis de beaucoup de gens mes textes le splus poétiques sont écrits en prose car justement quand j'écris en prose je ne casse rien, je laisse aller mes émotions sans me poser de questions.

enipled 30/05/2007 22:35

mais si tu es un poete :p
alors j'adore les deux premiers vers, je me suis sentie emportée par les mots
apres oui oui je critique, j'ai du mal avec cette phrase "comment le vois tu donc ideal" c'est bien du bonheur dont il s'agit je présume, mais la tournure de la phrase je ne sais pas si c'est moi qui ne la lis pas correctement, dans ce cas je suis désolée
mais sinon dans l'ensemble il est tres bien écrit ton texte, j'aime beaucoup
bisous

Zoldickun 31/05/2007 03:29

Disons que je n'aime pas trop les gens qui se disent poète, et que je ne sais pas trop ce que ça veut dire. Pour moi c'est quelque chose qui a une certaine valeur en fait et ça me ferait bizarre de vraiment me considérer poète car j'écris de temps en temps des choses qui stylistiquement sont du domaine de la poésie. Après l'important n'est pas là quoi qu'il en soit.Les deux premiers vers je les aime bien sinon, c'est vrai. On pourrait trouver qu'il y a un peu beaucoup de "temps" dans le second mais j'aime bien le rendu moi justement. J'aime bien le reste du quatrain aussi.Sinon pas de soucis pour la critique, surtout qu'en fait j'ai oublié un mot :p C'est "ton idéal" normalement (je viens de corriger). C'est ça le problème quand je me relis trop vite et c'est vrai que quand je l'ai écrit j'ai fait ça à la va vite (au départ je l'ia écrit sur "feuille normale" avec stylo. En plus ça ne se voit pas forcément car encore une fois j'ai "truqué" le nombre de pieds et donc sans le "ton" ça fait un alexandrin aussi, sauf que moi je le lis "comment l'vois tu" et non "comment le vois-tu" mais j'écris tout en entier quand même.Du coup commentaire très utile de ta part Delphine, merci beaucoup.Bisous !

elodie 29/05/2007 18:07

ben alors.. c'est vraiment très joli tout ça, on sent quand même le vécu et une sensibilité qui manque à beaucoup je pense..vraiment bravo! (j'ai vu par contre que tu te posais des questions sur la métrique de ton poème, t'as raison, tu as des alexandrins qui comptent en fait treize pieds, mais bon, si tu veux mon avis, la métrique rectiligne n'est pas toujours l'amie de la création poétique :p)
c'est marrant parce que je suis tombée ici par hasard en cherchant les paroles de Sia que je voulais bosser, et voila! un poète! comme la navigation internet est bien faite, j'écris bcp aussi et j'aime bien lire ce que les autres écrivent. En plus de mon blog, je sais pas si tu connais, moi je publie aussi mes textes sur http://www.iceteapeche.com/, c'est un très bon site, assez hétéroclite, beaucoup de gens, et donc d'écritures différentes, un petit forum sympathique, bref, une petite famille agréable! si le coeur t'en dit d'aller faire un tour!! bref, au plaisir de relire des zoulies choses, et d'avoir des petits articles plein d'humour et de fraicheur comme les tiens  n'est ce pas?! lol
belle vie à toi! ih!
elodie

Zoldickun 29/05/2007 20:00

Oui bah je n'ai pas dit que ce n'était pas vécu ^^ Enfin j'aime bien rester mystérieux sur l'origine de mes textes par contre parfois.Pour les vers qui ont treize pieds j'aimerais bien que tu m'en dises davantage, car pour moi ça dépend comment tu les lis. Il y a souvent des lettres muettes et je ne sais pas s'il y a une règle absolue pour ça ou si c'est au choix de l'auteur.J'irais voir tes textes sinon et le site dont tu m'as précisé l'existence (non je ne connais pas) mais par contre je ne suis pas un poète moi ^^À bientôt et belle vie à toi aussi xD

Syrine 29/05/2007 14:42

C'est très beau le poème, vraiment :) Tu lis les oeuvres de Baudelaire souvent? c'est mon poète préféré. Continue d'écrire des poèmes comme celle là.
      Syrine

Zoldickun 29/05/2007 15:35

Merci Syrine. Tu n'es pas très difficile :)Je connais les œuvres de Charly quasiment par cœur sinon, c'est mon auteur préféré.À plousse !